Contrôleurs du travail en colère

Forum dédié aux contrôleurs du travail soucieux de faire évoluer leur statut.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Appel du SNUTEFE à la grève du 18 février 2013 - NON au PTE

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Le Plan de Transformation d’Emploi, la Réforme de l’Inspection du travail et l’incroyable jeu de dupes de Mrs. CALVEZ et COMBREXELLE relayé par notre MINISTRE !

On nous l’a promis à cors et à cris : croix de bois, croix de fer, la décentralisation et les services de l’emploi, la réforme de l’Inspection du travail… tout cela ne se fera pas sans les agents.
Rien ne sera décidé sans eux : alors faisons le pari que tous ensemble nous pouvons y arriver ! C’était beau et on a failli y croire, mais la réalité a vite rattrapé la fiction.

A grand renfort de communication notre Ministère s’emballe et nous fait le grand SHOW, mais jette le froid parmi les agents !

Il est tombé comme un cheveu sur la soupe et par là où on s’y attendait le moins.
Alors qu’on nous avait promis DIALOGUE SOCIAL à toutes les sauces, que rien n’était décidé et tout se ferait avec les partenaires du Ministère, les agents et leurs représentants, nous voilà aujourd’hui face à un cavalier (législatif) qui surgit de nulle part, dans la nuit parlementaire, à travers la loi sur le contrat de génération (curieuse idée !). Des examens de CT pour un passage en A, mais de façon limitée, donc, pas pour tout le monde (soyons raisonnables !). Ne vous en faites pas, nous a-t-on dit, la situation sera réglée en 10 ans ! Mais, en l’absence d’engagements concrets au-delà des 3 prochaines années, on a peur d’avoir compris que le ministère se contentera d’attendre les départs progressifs et programmés des 2000 contrôleurs qui ont plus de 50 ans: quel cynisme ! Dommage pour ceux qui d’ici là n’auront pas réussi à accrocher le wagon et partiront sans avoir atteint la terre promise! Ils pourront partir avec l’aigreur et l’amertume couvées durant ces 10 années. Dommage pour les effectifs des services d’inspection du travail, ils perdront les (maigres) bénéfices du PMDIT.

Et puis comme si cela ne suffisait pas, on vous propose que cette transformation d’emplois au compte-gouttes se fasse en plus dans un contexte de refonte totale de l’organisation des services ! Il est où le problème ?

La conduite du changement en prenant le temps : c’est bon pour les boîtes du privé. Nous on sait gérer ces situations là : pas de bla bla et en 4 mois « ça le fera » !

M. le MINISTRE, nous ne vous demandons pas d’aller vite en faisant n’importe quoi mais de prendre le temps, comme vous vous y étiez engagé, afin de trouver les bonnes solutions aux vrais enjeux, tout en respectant les agents !



L’équation à trois inconnues ne peut trouver sa solution ! Pourquoi ?

Non pas, M. Le Ministre parce que les organisations syndicales râlent pour râler mais parce que c’est « mathématique » et simple comme bonjour pour celui qui connaît un tant soit peu le fonctionnement des organisations humaines !
1- Choisir de retirer des catégories B des services et de les réintroduire par le biais du corps des inspecteurs du travail, mais en quantité limitée, et dans d’autres endroits, au lieu de passer directement tous les agents concernés ensemble, sur ce nouveau statut, c’est occulter le fait que les modes d’organisation actuels ne permettent pas, tels qu’ils sont en place, de les intégrer dans les 6 mois qui viennent, sans qu’ait été pris, préalablement, le temps de se poser quelques questions. Des questions, par exemple, sur le travail au quotidien, la place de chacun, la répartition des charges, le positionnement symbolique des uns et des autres...
Bref, regarder d’un peu près les organisations et le travail réel des agents. Vouloir faire rentrer « au chausse pied » des A en quantité limitée sans savoir où les positionner tout en prélevant sur les B dans des organisations qui fonctionnent ainsi depuis des dizaines d’années et ce, sans se poser toutes ces questions c’est aller tout droit au casse-pipe organisationnel ! Nous ne pouvons réitérer « l’exploit » du maintien des SA sur les postes qu’ils occupaient déjà sans se poser la question de la pertinence et de la cohérence d’ensemble !


Changer : oui, mais en prenant le temps du véritable échange et de la réflexion sur les conditions de travail et les organisations !

2 – Le double changement c’est maintenant ! Mais c’est dangereux et inopérant !
Les DIRECCTE, remontés comme des pendules par la DGT ont pour mission de mettre tout le monde à contribution dans le débat pour un ministère du travail fort. Encadrement supérieur et intermédiaire doivent se mettre à la tâche ! Pour y parvenir groupes de réflexion en pagaille. Il faut faire des propositions de changement !
Mais au fait, tout agent qui passe par l’INT ne sait que trop bien que pour proposer un plan d’action il faut élaborer d’abord un….DIAGNOSTIC. Et là comme par magie, le Ministère renonce à ses principes : réfléchir oui mais réfléchir sur quoi ? Qu’est ce qui dysfonctionne dans nos services ? On s’en doute, on le devine, mais pas un discours, pas une ligne sur le sujet…L’encadrement doit plancher, y associer ses équipes dans des temps records mais sans que le diagnostic général n’ait été posé. C’est typiquement le cas pour le débat sur l’évolution de l’organisation de l’inspection du travail. Quant au débat sur les missions Emploi-Formation professionnelle, c’est encore plus abscons, puisque personne ne sait quelles missions vont rester dans nos services, l’année prochaine, lesquelles vont aller vers les collectivités territoriales et de quelles marges de manœuvre vont disposer les services pour se « dépatouiller » de l’hypothétique « gestion quadripartite ».
Trop lâche ou trop laborieux ? Impossible de savoir, mais la démarche est cynique : notre Ministre nous demande pour conclure, de trouver des solutions à des problèmes qu’il n’énonce pas explicitement.


Nous demandons que le Ministre respecte les règles qu’il fixe lui même à chacun d’entre nous.
Commençons par le commencement : un DIAGNOSTIC commun et partagé pour savoir de quoi nous parlons et vers quoi nous devons aller !


3- Pour les raisons évoquées les conditions de réussite ne sont pas réunies pour emporter l’adhésion des agents. A cela au moins 2 autres raisons viennent s’ajouter.
Tout le monde reconnaît que les services ont eu à gérer ces dernières années nombre de changements. Pour les services d’Inspection : PDMIT et redécoupage des sections, fusion des inspections et, de nouveau, redécoupage des sections. Pour les services de l’emploi : mise en place des DIRECCTE, le tout couronné par des déménagements menés à la hussarde…
Les conditions de travail, les agents et les organisations ont été mises à mal…
Malgré cela on en rajoute une louche sans perdre de temps.


Les risques psychosociaux, cela ne peut pas être chez nous !
Mais 2 suicides ne suffisent ils pas au tableau pour changer radicalement de rythme et d’objectifs ?

A cette situation s’ajoute le climat délétère dans lequel s’inscrit l’ouverture de ce prétendu dialogue social.
Pas de répit pour les franches camaraderies ! Tournée générale de courriers menaçant les agents qui ne saisiront pas leur activité sur CAP SITERE en 2013. Là au moins ça va leur donner envie de participer à la discussion sur les évolutions de leurs services !
La politique de la Carotte (quelques malheureux passages de B en A) et du Bâton (sanctions si vous vous ne rentrez pas des les rangs dans le même temps) : même l’INT ne le proposerait pas dans son module SPECIAL et ACCELERE sur la Négociation Collective.

CETTE MASCARADE SUFFIT Monsieur Le Ministre !


Encore une fois notre organisation syndicale préfèrerait vanter les mérites du renouveau ou du changement au profit véritable des agents, malheureusement elle ne peut que déplorer « la continuité dans le changement » c’est à dire pas de changement mais au contraire incohérence et mépris généralisé et à tous les étages !

Nous demandons un arrêt immédiat de ce Plan de Transformation d’Emploi avec un calendrier à marche forcée, irréaliste et dangereux pour les agents et les collectifs de travail, au profit de véritables négociations sur la revalorisation de la situation statutaire de tous les contrôleurs!

Tous en grève le 18 février 2013 pour défendre l’avenir de nos services !

le 14 février 2013

Voir le profil de l'utilisateur http://controleur-en-colere.forumgratuit.org

2 Actions dans la Manche le Sam 16 Fév - 16:14

Nous serons dans l'action lundi 18 février : Grève + affichage à l'accueil de l'UT + déclaration à la presse locale (2 journalistes devraient passer à 9h) + montée à la Direccte pour 11h...à suivre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum